Sélectionner une page

NPI EXPAND, Activité Survie de l’Enfant

 

Zone d’intervention :

Régions

Districts sanitaires

Nombre d’Aires de santé

Koulikoro

Koulikoro

120

Kati

Ouéléssébougou

Dioila

Kayes

Kayes

130

Yélimane

Diéma

Kita

Total

8

250

Contexte du projet :

Au cours des 50 dernières années, le programme d’aide de l’USAID au Mali a soutenu le peuple malien dans tous les secteurs du développement, y compris l’agriculture, la gouvernance, la croissance économique, l’éducation, la gestion des ressources naturelles et la santé. L’USAID a également joué un rôle de premier plan dans le soutien des programmes de planning familial et de santé maternelle et infantile dans tout le pays. Bien que le pays ait réalisé des progrès mesurables dans ces domaines, une grande partie de la population a encore des besoins non satisfaits. Malheureusement, les défis du Mali se poursuivent avec les répercussions des changements climatiques, les menaces terroristes régionales et, plus récemment, l’arrivée de la pandémie mondiale de COVID-19.

 

Malgré ces défis, le Mali a réalisé des progrès substantiels dans le secteur de la santé au cours des 20 dernières années, en particulier dans la santé maternelle et infantile où la morbidité et la mortalité ont diminué. Cependant, les progrès dans le pays sont très inégaux et les groupes à faible revenu et surtout en milieu rural ont moins accès à des soins et services de santé de qualité et les indicateurs de santé restent peu performants. Le taux de mortalité des moins de cinq ans au Mali demeure parmi les plus élevés au monde. Dans les deux régions d’intervention du projet, la situation reste peu satisfaisante comme le montre le tableau qui suit :

 

Table 1: Indicateurs clé de SMNI au Mali

EDS du Mali, 2018

Kayes

Koulikoro

Mali

Taux de fécondité total (femmes de 15 à 49 ans)

6.7

5.8

6.3

Utilisation actuelle de la contraception moderne, femmes actuellement mariées 15-49, %

11%

19%

16%

Besoin non satisfait de planning familial, %

28%

27%

24%

Mortalité infantile (décès pour 1000)

130

108

101

Taux de mortalité périnatale (décès pour 1000 naissances)

39

38

38

Naissances dans un établissement de santé, % cinq ans avant l’enquête

56

78

67

Enfants de 12 à 23 mois qui ont reçu tous les vaccins de base, %

41%

48%

45%

Pourcentage d’enfants de moins de 5 ans qui ont eu la diarrhée au cours des deux dernières semaines

25%

13%

17%

L’Initiative de Nouveaux Partenariats (NPI) pour une meilleure santé est un accord de coopération de cinq (5) ans, financé par l’USAID (7200AA19CA00015) et mis en œuvre par Palladium International, LLC (Palladium) dans 8 pays à travers le monde dont le Mali. Elle consiste à identifier les partenaires locaux et à les renforcer pour qu’ils puissent non seulement contribuer à accroître la disponibilité et l’utilisation de services de santé de haute qualité dans la mise en œuvre de l’activité survie de l’enfant (Child Survival Activity) dans les régions de Kayes et de Koulikoro, mais aussi à recevoir des subventions directes de l’USAID.

C’est dans ce contexte que le projet NPI EXPAND, Activité Survie de l’Enfant a vu le jour. Il est mis en œuvre par un Consortium d’ONG composé de ACOD niètaaso, AMADECOM, JIGI et IAMANEH Mali. Dans le cadre de l’organisation du projet, six rôles ont été identifiés et repartis entre les 4 ONGs membres du Consortium.

Rôles

ONG

Lead Technique régional pour la région de Koulikoro

 ACOD niètaaso

Lead Technique régional pour la région de Kayes

 AMADECOM

Lead pour la communication pour le changement social et de comportement (SBCC) pour les deux régions

 JIGI

Lead Genre pour les deux régions

 IAMANEH MALI

Lead Renforcement du Système de santé pour les deux régions

 JIGI

Lead Consortium

 ACOD niètaaso

Les objectifs stratégiques du projet sont :

 

  1. Renforcer la capacité organisationnelle de 4 partenaires locaux à devenir des bénéficiaires directs des fonds de l’USAID dans les 20 mois et gérer les activités de survie des enfants.
  2. Améliorer l’accès aux services de qualité pour les mères, les nouveau-nés et les enfants, et accroître la demande à leur égard, et l’utilisation de ces services, grâce à la mobilisation des acteurs communautaires, à la défense des droits, aux médias de masse, à la communication interpersonnelle, y compris la COVID-19 et à d’autres mesures de prévention des maladies infectieuses, détection et mesures d’atténuation. Maintenir ou élargir ces services en toute sécurité tout en protégeant les agents de santé et les collectivités contre la COVID-19 et en prévenant, en détectant et en répondant aux maladies épidémiques. Améliorer durablement le système local d’orientation pour l’utilisation rapide des services d’urgence par les mères et les enfants de moins de cinq ans ; et développer les compétences cliniques des fournisseurs en établissement responsables de la santé de la mère et de l’enfant.
  3. Accroître la mobilisation des acteurs communautaires (ASACO, CSCOM, GSAN et autres groupes communautaires) pour la promotion de la santé préventive et promotionnelle, y compris le dépistage rapide et le traitement des problèmes de santé infantile, et des mères. Renforcer les centres de santé communautaires en tirant parti ou en établissant des équipes de contrôle de la qualité. La capacité des équipes de contrôle de la qualité sera améliorée grâce à des supervisions et à un encadrement de soutien intégrés.
  4. Accroître la participation communautaire (relais, ASC, chefs religieux, dirigeants communautaires, femmes et groupes de jeunes) grâce à des approches de changement de comportement social pour accroître la demande de services essentiels de santé maternelle et infantile, y compris la vaccination, l’ANC, la PNC, le PF, la nutrition, paludisme et WASH. Tirer parti des interventions grâce à l’utilisation de cliniques mobiles pour accéder aux zones ou aux communautés difficiles d’accès.

Les domaines clés du projet :

La santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant

  • Soins d’urgence prénatals, obstétricaux et néonataux de base ; orientation vers des soins obstétricaux et néonataux d’urgence complets et des soins postnataux.
  • Vaccination
  • Gestion intégrée des maladies du nouveau-né et de l’enfant et, si possible, gestion communautaire intégrée des maladies infantiles.
  • Suivi de la croissance.
  • Visites à domicile.

Planning familial, y compris méthodes de contraception réversibles et à action prolongée

  • Services, conseils et distribution de produits.
  • Formation clinique et de gestion conforme aux normes internationales de qualité, soins adaptés aux clients et travail d’équipe sexospécifique au sein du personnel.
  • Suivi après la formation et soutien en matière de supervision et de mentorat. Mécanismes de coaching qui garantissent la compétence et la capacité des prestataires à fournir des services de qualité.
  • Utiliser des approches de changement social et comportemental pour informer, éduquer et générer une demande de planning familial.
  • Identifier les adolescents, les jeunes et les parents, s’engager avec eux et les orienter vers ou fournir des soins la première fois afin de répondre à leurs besoins en planning familial, santé maternelle et infantile, nutrition et WASH.

Nutrition

  • Messages de prévention axés sur la première ‘’fenêtre d’opportunité’’ de 1 000 jours pour les femmes enceintes et allaitantes et les enfants de moins de deux ans., y compris dépistage et l’orientation des enfants malnutris vers les sites pour une meilleure prise en charge,
  • Vitamine A et déparasitage deux fois par an pour les enfants de moins de cinq ans et les femmes post-partum, conformément aux directives nationales.
  • Coordination avec BHA/Food for Peace, le Projet Accélérer les progrès vers la Couverture Sanitaire Universelle (PCSU) et d’autres acteurs fournissant des compléments alimentaires, notamment en renforçant les systèmes de référence.

Produits d’eau, d’assainissement et d’hygiène

  • Apporter un soutien pour les produits de traitement dans le ménage, l’établissement de santé et éventuellement d’autres sites à déterminer en consultation avec l’USAID.
  • Assurer l’exactitude et la cohérence du message sur les méthodes de prévention de la COVID-19 (port approprié du masque, distanciation physique, lavage fréquent des mains, éviter les grands rassemblements, vaccination), lutte contre la désinformation et lutte contre la stigmatisation associée à la COVID-19.

Renforcement des systèmes de santé

  • Renforcer l’expansion et la qualité des données et leur utilisation au sein du système d’information communautaire lorsque cela est possible.
  • Renforcer le système de sécurité pour les précautions de prévention et de contrôle des infections et l’apprentissage continu des agents de santé, y compris les agents de la santé communautaire, en utilisant des méthodes d’amélioration de qualité fondées sur des données probantes.
  • Accroître le leadership clinique grâce au mentorat expérientiel et holistique des agents de santé.
  • Amélioration de la prévision, de la commande et de la distribution des produits essentiels au niveau local.
  • Amélioration des données et des processus décisionnels aux niveaux institutionnel et communautaire.
  • Amélioration de l’organisation, de la mobilisation des ressources et de la surveillance des CSCOM et des agents de santé communautaires par les ASACO.

Quelques Activités et résultats atteints (Cf Rapport Final de la Petite Subvention pour plus de détails):

Par rapport au Rôle de Lead Technique régional de Koulikoro;

Étape I : Petite Subvention :

Les activités du projet ont démarré sur le terrain par une étatpe dite « Petite Subvention » couvrant la période de novembre 2022 à février 2023 soit quatre (4) mois. Cette période de démarrage a été consacrée à la mise en œuvre d’activités clés dans le domaine de la Nutrition. Cette phase a été initiée pour soutenir le Gouvernement dans la gestion de la crise alimentaire et d’atténuer l’impact de la malnutrition sévère sur les enfants de 6 à 59 mois et les FE avec comme objectifs :

  • Identifier les cas à référer et améliorer le niveau la prise en charge précoce de la malnutrition chez les enfants et les FE
  • Soutenir les GSAN dans les démonstrations culinaires, et améliorer la nutrition maternelle et réduire les conséquences liées à l’anémie.

Pour atteindre ces objectifs, les principales activités réalisées ainsi que les résultats sont les suivants :

Activité 1 : Mapping des GSAN et des sites ASC dans les 4 districts partenaires du district de Koulikoro :

Graphique 1 : Nombre de GSAN par district sanitaire

 

Au total 222 GSAN ont été répertoriés, dont 25 fonctionnels et 197 non fonctionnels.  

Graphique 2 : Nombre de sites ASC par district sanitaire

 Dans les quatre districts partenaires, il a été dénombré 282 sites ASC avec un maximum de 116 à Diola et un minimum de 29 Ouéléssebougou.

Activité 2 : Redynamisation des GSAN :

Graphique 3 : Nombre de GSAN rendus fonctionnels grâce à l’intervention de NPI EXPAND 

Résultat : 127 GSAN ont été rendus fonctionnels grâce aux efforts du projet NPI EXPAND, sur 100 prévus, ; soit un taux de réalisation de 127%.

Grâce aux efforts du projet USAID/NPI EXPAND, Activité Survie de l’Enfant, 152 GSAN des districts partenaires de Koulikoro mènent des activités de nutrition contre 25 avant l’intervention du projet.

Activité 3 : Soutenir les GSAN dans la mobilisation de céréales et l’organisation des démonstrations culinaires.

Activité 3.1. Mobilisation de céréales par la communauté/Engagement communautaire

Les ADC ont organisé des rencontres avec les communautés pour susciter l’engagement communautaire. L’objectif des rencontres consistait à mobiliser la communauté pour soutenir les GSAN dans la réalisation des activités de démonstration nutritionnelle. Au cours de différentes rencontres plusieurs engagements ont été pris en faveur des activités de démonstration nutritionnelle notamment dans le district sanitaire de Dioila, aire de santé de Sénou, village de Sirila les GSAN ont collecté 50kg d’haricot, 50kg d’arachide, 20kg de mil, 100kg sorgho. Les chefs de village des zones concernées ont promis de mobiliser d’autres denrées alimentaires. Enfin, le chef de village de Natiana, aire de santé de N’Tjila Finiana a promis de pérenniser la réalisation des démonstrations nutritionnelles à travers la mobilisation des céréales par les ménages.

Nous pouvons noter l’exemple du chef de village de Nonfoura aire de santé de N’Gara dans le même district sanitaire qui a fait un don d’un sac de 100kg de mil aux GSAN pour la démonstration nutritionnelle.  Aussi, les GSAN, à travers les ménages du village de Korokoro dans la même aire de santé ont collecté une énorme quantité d’arachide (300kg) et de mil (100kg). Le chef de village de la même localité a promis de lancer un appel à tous les chefs de famille afin qu’ils appuient les GSAN en apportant d’autres intrants.

Le chef de village de Konfon dans l’aire de santé de Kounabougou a apporté 2kg de poisson pour la démonstration culinaire et a décidé de mettre en place une cotisation de 50f par ménage et par mois.

Dans le district sanitaire de Kati, l’aire de santé de Soninkegny, le chef de village de Sidiè a donné un sac de riz (50KG) et un sac de maïs (100KG) et un sac de mil de 100 Kg. Dans l’aire de santé de Néguela, le Chef de village de Neguebabougou a donné un sac de mil de 100 Kg.

Dans le district sanitaire de Ouéléssebougou, aire de santé de Dialakoroba, le DTC a remis 550 Kg de céréales, 16 litres d’huiles et 2 Kg de sucre aux GSAN de son aire de santé. Dans l’aire de santé de Sanankoro Djitoumou, le DTC a remis 725 Kg de Céréales aux GSAN de sa localité.

Au total, 02 tonnes 345 Kilogrammes de céréales ont été mobilisées par les communautés pour soutenir les GSAN dans la réalisation des démonstrations nutritionnelles dans la région.

Activité 3.2. Appuyer les GSAN par l’achat et la fourniture d’intrants afin de faciliter les démonstrations nutritionnelles

Sur la base de critères définis, au total, 100 GSAN ont été retenus pour la fourniture de céréales et petits matériels pour la démonstration nutritionnelle (40 GSAN à Dioïla, 30 à Kati, 17 à Koulikoro et 13 à Ouéléssebougou).

  • Remise des intrants et matériels aux GSAN

Au total, 6757 Kg de céréales, 380 litres d’huiles et autres intrants ont été répartis entre 100 GSAN des zones d’intervention du projet USAID/NPI EXPAND, Activité Survie de l’enfant. Le district sanitaire de Dioïla a bénéficié de l’appui à 40 GSAN, 17 à Koulikoro, 13 à Ouéléssebougou et 30 à Kati.

Activité 3.2. Appuyer les GSAN par l’achat et la fourniture d’intrants afin de faciliter les démonstrations nutritionnelles

Les ADC ont appuyé les membres de GSAN dans l’organisation des démonstrations nutritionnelles pour aider les communautés à prévenir la malnutrition.

Tableau 1 : Récapitulatif des démonstrations nutritionnelles (D.N.).

Districts sanitaires

Nbre de démonstrations nutritionnelles

Participants (es)

Nbre total adulte Masculin (plus de 30 ans)

Nombre total adulte Féminin (plus de 30 ans)

Nombre total de jeune garçon (10 – 29 ans)

Nombre total de jeune fille (10 – 29 ans)

Nombre total Handicap

Nombre total par district

Dioila

171

348

1361

243

1090

8

3050

Kati

307

299

1206

112

1521

18

3156

Koulikoro

200

333

1253

322

937

11

2856

Ouéléssebougou

104

96

993

36

811

9

1945

Total

782

1076

4813

713

4359

46

11007

Activité 3.4. Dépistage des enfants de 6 à 59 mois

Lors des démonstrations nutritionnelles, les membres des GSAN ont régulièrement procédé au dépistage des enfants.

Tableau 2 : Récapitulatif des dépistages de la malnutrition aiguë chez les enfants de moins de 5 ans

Districts sanitaires

Nbre total d’enfants dépistés

Nbre d’enfants avec statut normal

Nbre d’enfants MAM

Nbre d’enfants MAS C-

Nbre d’enfants MAS C+

Nbre total d’enfants référés

M

F

M

F

M

F

M

F

M

F

M

F

Koulikoro

2352

2555

2141

2283

178

224

32

47

1

1

211

272

Kati

4087

4903

3532

4215

454

534

101

149

0

5

555

688

Ouéléssebougou

1725

2022

1693

1951

27

62

4

9

1

0

32

71

Dioila

3461

3657

3265

3392

162

216

27

46

7

3

196

265

TOTAL

11625

13137

10631

11841

821

1036

164

251

9

9

994

1296

Au total, 24.762 enfants de moins de 5 ans ont été dépistés. Parmi les enfants dépistés, 433 étaient malnutris sévères, soit 1,75% des enfants dépistés contre et 1857 malnutris modérés (7,50%). Tous les cas dépistés malnutris ont été référés dans un site de prise en charge.

Etape II : Grande Subvention :

La Grande subvention a démarré en mars 2023 et prendra fin en mars 2023. Le paquet minimum des activités a été revu pour prendre en compte d’autres thématiques du projet.

NOS ACTIVITES REALISE

Secteur Sécurité Alimentaire, Développement Durable et Environment

Pour la première fois trois communes du cercle de Kadiolo viennent de mettre en place une convention intercommunale de gestion du parcs à Karite. Les commences sont: Kadiolo, Zegoua et Loulouni.

Lire la suite

La promotion de l’emploi et de l’auto emploi

Selon toujours le document du PNPESS, en 2013, on dénombrait, 97 institutions de finance solidaire avec : 950 000 sociétaires, totalisant 95 milliards de FCFA d’encours de prêts accordés et 3 129 employés ; 1 091 ONG signataires d’un accord-cadre avec l’Etat dont 904 ONG nationales avec 16 000 emplois recensés. Au même moment, plus de 250 000 micro entreprises crées  pour la seule ville de Bamako.

Lire la suite…